Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Premiers émois

Do ré mi fa si la si do

Écoute le chant des oiseaux, ils ont tant à nous raconter

De là-haut ils nous observent, nous voient dans notre cachette

 

Entends la douce mélodie des premiers émois

Tes yeux d’azur reflètent l’immaculée lumière des cieux

Le souffle du vent chaud câline tes frêles épaules dénudées

S’échappe la goutte d’eau bénite de l’intimité de ton aisselle.

 

Oh oh oh oh ! Jeune fille tendre comme le blé prend son délicat envol.

 

La caresse des rayons de soleil entre tes jambes

Effleure les notes sensuelles de la félicité

Jeune fille aux longs cheveux de paille ton regard s’évapore

Succombe à l'effeuillaison de la raison.

 

Oh oh oh oh ! Jeune fille tendre comme le blé

Laisse la main te guider jusqu’au suprême délice

Frémit à la douce caresse des sens interdits

Des doigts qui égrènent gaîment les cordes sensibles

Dans la moiteur blonde de ton intimité.

 

Do ré mi fa si la si do

Écoute le chant des oiseaux, ils ont tant à nous raconter

De là-haut ils nous observent, nous voient dans notre cachette.

 

Seule dans le champ de maïs dans la douceur de l’été

Tes longues jambes se délient au désir des corps

Passe le va et vient incandescent du plaisir

Oh oh oh oh ! Jeune fille aux longs cheveux de paille

S’abandonne à l’épi de la malice et se répand en félicité.

 

Jeune fille blonde à l’aube d’une nouvelle vie

Chante la mélodie des notes aiguës de la volupté

Oh oh oh oh ! Jeune fille blonde à l’aube de la vie

Chante la mélodie des notes aiguës de la volupté

 

Do ré mi fa si la si do

Écoute le chant des oiseaux, ils ont tant à nous raconter

De là-haut ils nous observent, nous voient dans notre cachette

 

 

 

Jack Monster, © 2008, tous droits réservés.

Commentaires

  • Do re mi fa si la si do
    quelle douce melodie pour ces premiers emois,j'en connais une autre....j'ai ecoute le chant des oiseaux,ils m'ont tout raconte....rires...douceur d'une caresse ;mais etait-ce le soleil?ce texte est magnifique;il me fait penser à ...non ;c'est un secret....chut!il faudra demander aux oiseaux...
    a bientot rhiannon

  • J'ai une chanson (original anglais de Simond and Garfunkel) en tête quand je lis ton texte...

    Elle disait faut pas toucher aux oiseaus dans les champs de blés...je tuerai tout ceux qui les tueraient... je les tueraient même si c'était toi...

    Qui chante ce chanson ??? c'est un de mes classiques favoris !

    Bonne soirée M. MJ !

  • Merci pour ce joli poème doté de sensualité, de douceur, de pudeur impudique et de sentiments.
    A très bientôt Jacques.

    Sylvain Lambert, Ecrivain, Scénariste
    "A l'horizon d'hier"
    http://sylvainlambert77.over-blog.com
    http://www.myspace.com/sylvainlambert77

  • J'aime beaucoup, cet érotisme printanier et léger qui contraste si bien avec notre automne.
    J'ai juste un problème avec le OhOhOhOh qui me rappelle trop le père noel ici en Allemagne ou là-bas aux USA, ce qui pervertit, je vous le dis, cette peinture de mots aux teintes aussi merveilleuses que mystèrieuses.

    Amitié
    Thierry

  • Très joli ton texte, plein de sensualité mais aussi d'émerveillement et de légèreté,merci de nous le faire lire

    Marie

  • J'aime beaucoup ce texte ! Je suis d'accord avec au-dessus... Le oh oh oh me semble inutile. Les mots sont suffisamment vibrants et rythmés.

    Tu sais Jack, j'étais dans les Maïs avec eux en te lisant...

    merci !!!

  • Sourire
    Bravo Monsterjack pour ce coup de maitre. C'est effectivement un excellent complement au couteau.
    Amitié
    Thierry

Les commentaires sont fermés.